Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JD

Russie, USA. Démission du Premier ministre ukrainien : placé par les États-Unis, déchu par le FMI

Russie, USA. Démission du Premier ministre ukrainien : placé par les États-Unis, déchu par le FMI.

Le 10 avril, le premier ministre ukrainien A. Yatséniuk a annoncé sa démission. Il est difficile de dire que la surprise est de taille, sa popularité est au plus bas, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. L’inconnu réside plutôt dans les conséquences politiques de ce changement de phase.

Dans son annuel discours à la nation, A. Yatséniuk a annoncé sa démission, pour mettre un terme à la crise politique dans le pays. Evidemment, il n’a pu s’en sortir sans quelques surprenantes formulations. Notamment, lorsqu’il envisage de se tourner maintenant vers des horizons politiques plus larges que ceux d’un premier ministre.

L’étrangeté des propos n’a pu laisser sans réaction la porte-parole du Ministère des affaires étrangères russe, qui non sans humour se demande si cette démission ne prend pas, pour Yatséniuk, une dimension cosmique, puisqu’elle doit être votée le 12 avril, journée internationale du vol spatial habité.

Les raisons évoquées de cette démission

L’on peut trouver, de manière synthétique, quatre raisons à cette démission, raisons qui ne sont pas exclusives les unes des autres.

Le mécontentement intérieur

C’est un article du New York Times qui épingle Yatséniuk sur ce fondement, le qualifiant de symbole de l’impasse politique post-Maïdan:

« Mr. Yatsenyuk had become emblematic of Ukraine’s impasse after the heady days of the pro-European street movement. He emerged as a popular figure, but his support largely evaporated because of various scandals and missteps. «

Selon la presse ukrainienne, Yatséniuk est le champion du populisme et ses discours sont de grandes déclarations creuses. Un sondage a été réalisé en Ukraine, publié le 23 décembre 2015, pour voir quels partis seraient élus si des élections parlementaires avaient lieu à ce moment-là. Le parti de Yatséniuk a obtenu 0,6%.

Il est difficile de garder un Premier ministre avec une telle popularité. Il faut dire que de nombreux projets surprenants sont à son actif. L’on retiendra notamment ce Mur qui devait protéger l’Ukraine de la Russie, une longueur de fortifications de 2400 km, dont 270 km furent construits. L’opération a couté 40 millions $ sur les 180 prévus pour la totalité et la grandeur de la défense ukrainienne s’est arrêtée là. Au milieu d’un champ. Quant au soutien politique, on se souviendra aussi de Yatséniuk avec un bouquet de fleurs « porté » de la tribune au mot de « débile ».

Commenter cet article