Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JD

Europe. Elle écrit "Allah" dans l'avion... et l'amitié succède à la peur.

Europe. Elle écrit "Allah" dans l'avion... et l'amitié succède à la peur.

Tout fini bien avec la compréhension.

On dit que l’ignorance crée la peur et que la peur provoque la haine. Eh bien c’est souvent très vrai. Voici une histoire qui ne pouvait mieux illustrer ce triste phénomène. Levez l’ignorance… et la paix se met à régner !

La scène s’est déroulé ce mois-ci à bord d’un avion reliant l’Écosse et l’Espagne.

Alors que le décollage avait du retard, Jiva Akbor, musulmane, décide de tuer le temps en consultant des messages sur son téléphone.

A cette occasion, elle apprend que le véhicule de son groupe de prière venait d’être volé. En réponse à cette triste nouvelle, elle écrit donc le message suivant :

« HasbiAllahu la ilaaha illaahu alayhi tawakaltu may Allah make the day easy for you all ! »

Traduction : « Puisse Allah vous rendre la journée facile ! »

La suite, Jiva Abkor nous la raconte :

« La dame assise à côté de moi me demande si elle peut sortir. Pensant qu’elle veut aller aux toilettes, je me lève, je la laisse passer et me rassois.

Un peu plus tard, alors que je la vois revenir, je me lève à nouveau pour lui laisser le passage. Mais, en voyant son visage, je m’aperçois qu’elle est en pleine panique, stressée et ne compte pas se rasseoir tout de suite.

Je remarque aussi que deux hôtesses (absolument merveilleuses) se tiennent derrière elle et ont également l’air d’être préoccupées.

Je leur souris et leur fais signe qu’elles peuvent avancer vu qu’elles avaient l’air d’hésiter.

Là, j’entends l’une des hôtesses dire à ma voisine : « Vous pouvez vous asseoir madame. » Mais elle reste là, toujours avec ce regard effrayé sur son visage. Je ne comprends toujours pas ce qui se passe. pendant un petit moment, je me dis qu’elle a peut-être un problème de santé.

A ce moment là, elle me dit :

« Je vous ai vu écrire Allah dans votre message »

Là, mon cœur s’est arrêté de battre. Je me suis dit : Oh, mon Dieu. »

En gros, craignant un attentat, la voisine de Jiva Akbor n’avait nullement l’intention de reprendre sa place… Pour la jeune femme, c’est un choc.

« J’ai repensé à tous ces musulmans jugés trop vite qui s’étaient fait débarquer d’un avion. Ce que je craignais le plus était en train de se produire. »

Heureusement, ça ne s’est pas passé comme ça. Le personnel de l’avion a dit à la dame inquiète qu’elle pouvait descendre d el’avion si elle ne se sentait pas la force de rester. A contre-coeur, celle-ci a donc repris sa place. Jiva Akbor aurait pu se vexer… mais elle a préféré saisir sa chance en ouvrant la conversation.

« Il a fallu un moment avant qu’elle ne me regarde dans les yeux. Le temps que je retrouve le message que je venais d’écrire à mes amis qui venaient de subir un vol. Rapidement, je lui ai expliqué que j’étais une fille musulmane, que je voyageais souvent, que j’étais en route pour visiter l’Espagne, que j’étais née à Manchester et qu’elle n’avait pas à s’inquiéter d’être assise à côté de moi. »

« Après 15 minutes de conversation, je la sentais plus calme et je voyais qu’elle commençait à me croire. Je lui ai saisi le bras pour lui dire que je n’étais pa sune menace pour elle. Je lui ai dit que je croyais en Dieu et que donc, naturellement, je faisais référence à lui dans mes conversations. D’où le mot « Allah. »

Elle a répliqué qu’elle aussi était croyante (de religion catholique) et nous avons poursuivi la conversation au sujet de notre foi. »

Plus les deux femmes parlaient, plus elles se rapprochaient, si bien que, au terme du vol, elles était déjà devenues amies !

« Je voulais être certaine de l’origine du malentendu. Alors je lui ai demandé « Donc tu m’as vu écrire le mot Allah… Mais qu’as-tu exactement pensé à ce moment là ? » Elle m’a répondu : « J’ai cru que c’était le dernier message que tu envoyais… » J’ai ri et elle s’est excusée. Je lui ai donc dit qu’on faisait tous des erreurs. »

Il n’a suffi que de quelques heures à ces deux femmes pour lever un gigantesque et dangereux malentendu. La peur est compréhensible, certes. Mais on peut la combattre. Pour cela, il faut apprendre à se connaître et à se parler.

Comme quoi, l’ignorance est facteur de peur...

Source : +POSITIVR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article