Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JD

Inde. Planter des arbres pour combattre la discrimination des femmes en Inde

Inde. Planter des arbres pour combattre la discrimination des femmes en Inde

En Inde, le projet Kiran Nidhi propose aux familles du village de Piplantri de planter 111 arbres à la naissance de chaque fille. Une initiative à la fois bénéfique pour l’environnement et pour le futur des jeunes filles, puisque la plantation devient une source d’alimentation et de revenus pour elles.

la naissance d’une fille n’est pas synonyme de bonheur dans la plupart des familles. La société patriarcale très traditionnelle implique que les hommes soient le pilier de la famille et de l’économie du foyer, alors que les femmes, elles, sont perçues comme une source de dépenses. Bien que la loi de l’Inde l’interdise depuis 1961, le paiement d’argent ou d’une dote par la famille de l’épouse à celle de l’époux reste très habituel dans tout le pays. Ce type de pratiques peut avoir des conséquences inhumaines, comme le foeticide des filles, surtout chez les familles les plus démunies.

Le village de Piplantri au Rajasthan, a décidé de changer la donne en mettant sur pied le projet Kiran Nidhi qui consiste à planter 111 arbres pour chaque fille née.

Inde. Planter des arbres pour combattre la discrimination des femmes en Inde

Le familles adhèrent au projet sur une base volontaire, et prennent la responsabilité de planter et d’entretenir 111 arbres pour chaque nouvelle fille née. Cet engagement peut être complété par un dépôt de 21.000 roupies (un peu plus de 270 euros) pour le futur de ses filles. Le reste du village de Piplantri contribue aussi à hauteur de 10.000 roupies supplémentaires.

L’instigateur du projet est le maire du village, Shyam Sundal Paliwal, réfléchissait aux moyens d’améliorer l’assainissement et l’environnement de Piplantri quand il apprit le décès par déshydratation de sa fille. Ce drame fut le déclencheur final du projet Kiran Nidhi, nommé d’après la jeune défunte.

Suite de l'article : consoGlobe

Commenter cet article