Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JD

Brésil - Les J-O. Cadavres, excréments, ordures : bienvenue sur la base nautique des J-O de Rio. Les Vidéos, à voir.

Brésil - Les J-O. Cadavres, excréments, ordures : bienvenue sur la base nautique des J-O de Rio. Les Vidéos à voir.

Le taux de pollution de la zone où doivent se dérouler les épreuves nautiques est incroyablement élevé, laissant courir un très grand risque d'infection pour les athlètes.

Quand les navigateurs olympiques s'affronteront dans la baie de Rio, les caméras montreront un paysage de rêve, avec des montagnes et des eaux tropicales scintillantes sous le soleil : heureusement, les millions de téléspectateurs ne sentiront pas l'odeur qui s'en dégage.

Publicité

Plus de neuf millions de personnes vivent à Rio et dans les villes autour de la baie de Guanabara. Mais seule la moitié des eaux usées sont traitées avant de se déverser dans la baie.

Des risques pour la santé

Résultat : la zone qui doit servir de base nautique aux épreuves olympiques ressemble davantage à des égouts à ciel ouvert : cadavres, excrément et ordures s'y amoncellent, faisant courir un risque réel pour toute personne entrant en contact avec l'eau.

Interrogé par France 3," A VOIR " un médecin d'un laboratoire indépendant ayant testé la qualité des eaux de Rio est formel : "100% des personnes qui entreront en contact avec l'eau seront infectées" à des degrés divers, pouvant aller des simples maux de ventre à des infections plus importantes, au coeur, aux poumons ou au cerveau.

Certains navigateurs se sont d'ailleurs déjà plaints de problèmes gastriques dus aux embruns marins qu'ils ont ingéré pendant les entraînements. De quoi inquiéter les nageurs en eaux libres, qui eux, devront se plonger entièrement dans l'eau sale.

Brésil - Les J-O. Cadavres, excréments, ordures : bienvenue sur la base nautique des J-O de Rio. Les Vidéos, à voir.
Des risques pour les épreuves

Mais bizarrement, le fait de naviguer dans des latrines géantes qui, d'après des chercheurs brésiliens contiennent même des super bactéries résistantes aux antibiotiques, n'est pourtant pas la préoccupation majeure des athlètes.

Ce sont les grands objets flottants capables de freiner, voire d'endommager les bateaux, qui perturbent le rêve de médaille des "voileux".

"La pollution, c'est un vrai problème. On trouve de tout dans la baie et ça peut affecter nos résultats, nous freiner. En plus, ça peut être dangereux", explique l'Espagnol Santiago Lopez Vasquez, entraîneur du Nacra 17.

Le New York Times a publié la semaine dernière la photo d'un cadavre flottant dans la baie.

Suite et source : Sudouest

Commenter cet article