Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JD

Des nus vacillent sur un plateau tournant à 360°. En 1903, le pionnier du film allemand Oskar Messter destine ces rapides séquences aux apprentis-artistes.

Une jeune femme tient la pose quelques secondes sur un plateau-tournant. Elle affiche une nudité tranquille pour incarner des scènes conventionnelles de la Bible : une Eve croquant la pomme, qu'un bel Adam rejoint. Ces séquences alternent rapidement avec des thèmes mythologiques, tel l'athlétique Enlèvement des Sabines, ou encore une Ariane cavalière qui chevauche l'homme à quatre pattes et lui tire les cheveux.
Le rythme est tel, que l'artiste doit avoir un sacré coup de crayon pour croquer les poses. A moins que ces études de nus soient un prétexte pour échapper à la censure !

Pour éviter la censure, la caméra et le modèle doivent rester immobiles. Ce plateau-tournant est un système ingénieux pour présenter les nus sous toutes leurs coutures. Oskar Messter (1866-1943) reprend la technique des Tableaux vivants, qui permet au public d'observer la nudité, sans que ce soit répréhensible.

Oskar Messter a en effet connu une expérience malheureuse. « On ne lui attribue qu'un seul film « piquant », explique Martin Loiperdinger, auteur d'un livre sur le cinéaste. Il s'intitule La Belle Miranda, après la leçon d'équitation, ce film pour messieurs de 1899 est conservé au Bundesarchiv Berlin. La censure l'a interdit.»

Dans cette version d'Aktskulpturen, le modèle ne résiste pourtant pas à faire quelque pas de danse, ou à changer gracieusement de pose. « Je ne me souviens pas de ces dernières scènes plus coquines, la version allemande a peut-être été en partie censurée, explique prudemment M. Loiperdinger. Jugoslovenska Kinoteka de Belgrade possèderait alors une version plus longue. »

Les droits de tous ses films sont revendiqués par la fondation F.W. Murnau à Wiesbaden.

« L'élément n°1 de la célèbre Filmographie du cinéma muet allemand de 1903 à 1930 de Lamprecht est un court-métrage réalisé par le pionnier du cinéma Oscar Messter, Akt-Skulpturen, traduit en serbe sous le nom ingénieux de Ballet en costume d'Ève. Selon la description, le film comportait sept intertitres correspondant à sept scènes, ou tableaux. Messter engagea quelques-uns des modèles d'art les plus en vue du Berlin de l'époque, qui se produisaient nus sur une scène tournante en interprétant diverses scènes inspirées de la mythologie, de l'histoire et de la littérature. Deux corps nus et bien dessinés symbolisaient un « culte du corps humain et de la beauté », très caractéristique pour les Allemands. Par ailleurs, les ambitions commerciales de Messter ne faisaient aucun doute : ces scènes érotiques étaient destinées à attirer le public le plus large possible vers une toute nouvelle forme de divertissement, les salles de cinéma.
La copie détenue par la Jugoslovenska kinoteka est beaucoup plus longue que celle évoquée dans les filmographies. Elle contient quatorze scènes au lieu des sept initiales, mais la toute dernière, La séparation, n'a pas été conservée. Il est donc tout naturel que la proposition de Lobster Films de présenter cette copie unique d'Akt-Skulpturen sur le site Internet Europa Film Treasures ait été acceptée avec enthousiasme par la Jugoslovenska kinoteka. »

Extrait de From The Nitrate Picture Postcards (Catalogue du 11e Festival du film nitrate, page 20), Jugoslovenska Kinoteka of Belgrade, Aleksandar Sasa Erdeljanovic. 

ARTE

https://fr.wikipedia.org/wiki/Oskar_Messter

Commenter cet article