Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JD

La semaine dernière, Greenpeace révélait que le bilan actuel d’EDF donne donc une idée trompeuse de l’état de santé financière du groupe. Ce constat ressort d’une étude rédigée par le cabinet d’analyse financière AlphaValue et commandée par Greenpeace. Nous continuons de lutter pour que la lumière soit faite sur l’état réel du nucléaire en France : nous attaquons EDF et son PDG Jean-Bernard Lévy pour délits boursiers. Bilan inexact, diffusion d’informations trompeuses : la gravité du sujet exige plus de sérieux et de transparence.

 

Comptes d’EDF : une sincérité plus que douteuse

EDF dissimule une grosse partie des coûts qu’elle devrait provisionner: entre 50 et 70 milliards d’euros pour le démantèlement et la gestion des déchets nucléaires. Par ailleurs, le fragile géant de l’énergie, qui persiste dans sa fuite en avant sur la prolongation des réacteurs, prétend dans son rapport semestriel de juin dernier pouvoir exploiter ses réacteurs jusqu’à 50 ans au lieu de 40. Une hypothèse loin d’être acquise pour l’ASN, gendarme du nucléaire en France.

Une plainte déposée au nom de l’intérêt général.

Pourquoi mettons-nous en cause la sincérité des comptes de l’entreprise ? Pourquoi est-il important de lever le voile sur sa situation financière réelle ? Cette démarche va dans le sens de l’intérêt général. La situation financière d’EDF renvoie directement à la capacité de l’entreprise à investir dans la sûreté nucléaire.

Si l’entreprise n’a pas les moyens de sa politique nucléaire, a fortiori dans un contexte d’anomalies qui se multiplient sur le parc français, ce sont tout simplement des incidents plus nombreux qui nous attendent. La sûreté du nucléaire en France nous concerne tous.

En masquant la réalité de la situation financière extrêmement dégradée d’EDF, ce sont les actionnaires, les investisseurs mais aussi et surtout les citoyens français qui sont induits en erreur par EDF et son PDG Jean-Bernard Lévy. Avec cette plainte, c’est  le régime d’exception dont profite EDF, notamment sur le terrain financier, qui est dénoncé.

EDF n’a plus les moyens de sa stratégie nucléaire

Source :  greenpeace.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article