Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JD

Jazz - 100 photos pour la liberté de la presse.

 

 

RSF S’ASSOCIE À MAGNUM PHOTOS POUR UN ALBUM CONSACRÉ AU JAZZ

TOUTES LES SCÈNES DU JAZZ

Depuis ses débuts, le jazz, surtout live, captive l’attention des grands photographes. Des éclats de musique dans la pénombre des clubs aux silhouettes fantomatiques des petits matins, RSF et Magnum Photos rendent hommage à toutes les lumières du jazz.

La sélection unique de photos qui compose le portfolio met l’accent sur ce qui constitue l’essence de cette musique, l’improvisation, la collaboration et l’innovation, à travers le regard de grands photographes de l’agence Magnum Photos : Guy Le Querrec, Dennis Stock, Leonard Freed, Burt Glinn, Robert Capa, Philippe Halsman et des archives exceptionnelles de la Collection F. Driggs. Chacun a su rompre avec une certaine esthétique nostalgique et léchée, toute en volutes de fumées et contrastes accentués, pour imposer un autre regard, décentré, intime, frondeur, complice.

De célèbres fans de la note bleue improvisent sur ces images et la musique qu’ils aiment : Pierre Assouline, Jacques Gamblin, Francis Marmande, Jean-Pierre Marielle. Michel Butor, quelques jours avant son décès, a offert à RSF l’un de ses tout derniers textes. Et Toni Morrison, prix Nobel de littérature en 1993, nous ouvre une page swingante de son livre Jazz. Jean-Jacques Sempé participe également à cet album exceptionnel avec un dessin de couverture de The New Yorker.

 

Reporters sans frontieres. photos pour la liberté de la presse. Jazz.
Reporters sans frontieres. photos pour la liberté de la presse. Jazz.
Reporters sans frontieres. photos pour la liberté de la presse. Jazz.
Reporters sans frontieres. photos pour la liberté de la presse. Jazz.
Reporters sans frontieres. photos pour la liberté de la presse. Jazz.
Reporters sans frontieres. photos pour la liberté de la presse. Jazz.

LES FACES CACHÉES DU JOURNALISME

Le journalisme infiltré fait l’objet d’un dossier : ouvrier immigré, femme de ménage, jeune islamiste radicalisé ou réfugié en route vers Lampedusa, des journalistes adoptent une nouvelle identité et une nouvelle vie pour prendre et donner la réelle mesure de leurs sujets. Quel est le prix à payer ? Comment fait-on pour disparaître, changer de peau et exercer pleinement son métier ? Günter Wallraff, grand reporter et Frégoli allemand, s’est fait passer pendant deux ans pour un immigré turc et tout récemment pour un réfugié somalien. Dans un entretien avec Jean-Michel Boissier, il livre son regard sur le journalisme et raconte comment il conduit ses enquêtes clandestines.

En zone de guerre, un grand reporter se confronte à de terribles réalités. Magnus Falkehed, journaliste indépendant suédois pris en otage en Syrie en 2014, témoigne de ses angoisses et de la difficulté d’interviewer les populations civiles meurtries tout en échappant aux balles et aux obus : « Un reporter ne peut rien empêcher (surtout s’il reste à la maison), mais ce qu’il peut et doit faire, c’est penser obstinément à sa sécurité. »

Lien RSF

Commenter cet article