Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par JD

AFP - Le monde - Lien Euronews vidéo en bas de page.

Les petits canards en plastique qui barbotent dans les bains des petits sont de dangereux prédateurs : le Conseil fédéral suisse a publié, mardi 27 mars, un inquiétant communiqué intitulé « Les vilains petits canards de bain », qui fait état des conclusions d’une étude très sérieuse sur la question : tout corps (en plastique) plongé dans l’eau déjà polluée par nos ablutions devient une véritable bombe à bactéries et champignons.

Une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche sur l’eau Eawag, de l’école polytechnique fédérale de Zurich, et de l’université de l’Illinois (Etats-Unis) a placé des canards tout neufs pendant onze semaines dans de l’eau propre, et un autre groupe de canards dans de « l’eau de bain usagée contenant des restes de savon, de la saleté, de la sueur et des bactéries accompagnatrices du corps humain »

Légionelles et bactéries résistantes

Les canards découpés et examinés au laboratoire ont révélé qu’entre 5 et 75 millions de cellules avaient trouvé place sur chaque centimètre carré de palmipède. Les canards d’eau de bain sale étaient porteurs de champignons, et 80 % d’entre eux avaient développé des germes potentiellement pathogènes, notamment des légionelles et des bactéries très résistantes.

Le problème vient surtout de l’intérieur du jouet, difficile à nettoyer. « Lorsque l’enfant appuie sur leur ventre pour faire gicler de l’eau, il n’est ainsi pas rare que le jet soit de couleur brune », souligne l’étude.

« Cela peut renforcer leurs défenses immunitaires. A ce moment-là, c’est plutôt positif, commente très sérieusement le microbiologiste Frederik Hammes, de l’Eawag. Mais cela peut également provoquer des irritations des yeux et des oreilles ou des infections gastro-intestinales plus problématiques. » Il suggère de durcir la réglementation sur les polymères utilisés dans les jouets destinés à flotter dans nos baignoires.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article