Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par JD

Faire face 23/03/2020.

Établissements fermés, interventions à domicile annulées, parents sur la brèche 24h sur 24 : le confinement engendre des situations difficiles. Une maman solo témoigne. La fédération Grandir ensemble lance une plateforme d’aide d’urgence.

« Avec le confinement, je suis inquiète pour beaucoup de familles ayant un enfant en situation de handicap », confie Emmanuelle Aubert. Elle est mère célibataire d’une jeune adulte de 22 ans polyhandicapée. Elle est aussi membre du groupe national de parents d’enfants en situation de handicap, au sein d’APF France handicap. « Comment faire ses courses quand on ne peut pas emmener son enfant avec soi ni le laisser seul à la maison ? Comment éviter de craquer quand on ne peut même pas sortir en balade avec son enfant ? »

En effet, parmi les cas de figure problématiques :

  • L’établissement de l’enfant ou du jeune adulte a fermé pour la période de confinement. La famille doit brutalement se remettre à s’en occuper jour et nuit.
  • Les aides humaines et interventions de soignants à domicile sont suspendus.
  • La famille a préféré reprendre son enfant ou annuler les interventions à domicile, pour se prémunir du risque de contagion.

Ce dernier cas est légion, d’après Emmanuelle Aubert : « L’enfant est plus en sécurité en famille qu’en établissement face au virus, mais la charge est lourde. »

Un numéro vert gratuit, des réponses aux diverses situations

Consciente de ces difficultés, la fédération nationale Grandir ensemble, regroupant le réseau de centre de loisirs inclusifs Loisirs pluriels et le réseau d’aide au départ en vacances Passerelles, a lancé lundi 23 mars Tous mobilisés. Il s’agit d’une plateforme nationale d’écoute, d’aide et de soutien aux familles ayant un enfant en situation de handicap.

Lundi 23 mars matin , la plateforme avait déjà reçu plusieurs dizaines d’appels et 80 formulaires de demande.

Sous l’égide du Secrétariat d’État aux personnes handicapées, elle n’a vocation pour le moment à ne durer que le temps du confinement. Elle repose sur une équipe de dix éducateurs de Passerelles actuellement libérés.

Ils répondent aux appels de parents sur un numéro vert donc gratuit (0 805 035 800) et rappellent systématiquement ceux qui remplissent un formulaire de demande en ligne. Une société extérieure prend les coups de fil et apporte les premières réponses même le week-end.

Risque d’épuisement pendant le confinement

Les parents d’enfants et jeunes adultes en situation de handicap peuvent y faire remonter leurs besoins. Répit, aide pour les courses de première nécessité, écoute ou conseil éducatif à distance, ou encore  dialogue entre familles.

Ceux étant eux-mêmes personnels soignants ou ayant une activité vitale pour le pays peuvent demander de l’aide. Objectif : trouver une solution de garde adaptée aux besoins spécifiques de leur enfant.

Lundi matin la plateforme a reçu plusieurs dizaines d’appels et 80 formulaires. Leur objet : 60 % pour des demandes de répit, 30 % d’aide aux courses et 10 % pour de l’écoute, souvent par des mamans solo. « Il existe un vrai risque d’isolement et d’épuisement physique et psychologique », s’alarme Laurent Thomas, délégué général de la fédération Grandir ensemble.

« En effet, notre système n’est pas fait pour réagir à l’urgence. Les plans d’aide MDPH ne peuvent se mettre en route du jour au lendemain. Nous essayons alors de prendre contact avec les établissements, en cherchant des auxiliaires de vie, des bénévoles pour faire les courses. » 

Plusieurs groupes de protection sociale et la Fondation de France ont d’ores et déjà annoncé leur aide financière.

------------------------------------------------------------

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article